top of page

Réponses des partis aux 10 questions de Mauto Défense.


Depuis le début de la campagne électorale, nous avons tenté de rester aussi neutres que possible, en refusant systématiquement les posts qui souhaitaient orienter les votes de nos abonnés vers l'un ou l'autre des partis en lice.

Il est clair que la seule consigne de vote que Mauto Défense a voulu donner, est avant tout d'empêcher le parti Ecolo/Groen (pas consulté) de faire à nouveau partie des différentes majorités. Non pas que nous sommes contre l'écologie bien comprise, mais bien contre ces écologistes radicaux qui, persuadés de détenir la vérité sur tout, s'acharnent avec vigueur contre l'automobile et à la moto.

Tous les moyens sont bons pour tenter d'éliminer ces moyens de transports, pourtant garants d'une mobilité pour tous. Ils nous promettent des transports en communs performants (où sont-ils?), ou nous encouragent abandonner nos autos pour utiliser les vélos ou les trottinettes (sans se soucier de l'âge, de la santé de la majorité des citoyens ou de la météo)...

Mauto Défense ne refuse pas de transformer la mobilité pour la rendre plus pratique, plus agréable ou moins polluante. Mais par contre, notre association demande que cela soit discuté, puis éventuellement mis en place avec l'accord de la grande majorité des citoyens. Pas de dogmes ni de mesures aux conséquences désastreuses!

Le parti écolo n'a jamais dépassé significativement les 20% des suffrages dans notre pays (1 Belge sur 5, donc!), mais s'arroge le droit d'imposer ses vues d'une manière quasi dictatoriale.

Et cela, c'est insupportable!

Nous incitons donc les éecteurs à ne pas voter pour ce parti.

Pour les autres, et pour tenter de donner les informations les plus claires possibles à nos abonnés et à nos membres, nous avons donc soumis un questionnaire à la plupart des partis francophones présentant une liste à Bruxelles (élections régionales). Le président du VLD bruxellois Frédéric De Gucht a également souhaité remplir le questionnaire (pas encore reçu complété...).

Tous n'ont pas jugé utile (ou simplement omis) de nous répondre (Les engagés & Défi).

Nous vous présentons donc un tableau dont certaines colonnes (ou certaines cases) sont restées vides. Vous les interprêterez à votre manière.

L'exercice n'a pas été facile et a demandé pas mal de travail, et il vaut ce qu'il vaut...mais au moins il a le mérite d'exister!

Si d'ici samedi prochain ceux qui n'ont pas encore répondu se manifestent en dernière minute, nous serons bons princes et nous complèterons le tableau avec leurs réponses, tout en vous informant de la chose.

Pour être complets, vous trouverez après les tableaux les commentaires que les répondants ont souhaité porter à votre connaissance, en complément.

Voici donc le tableau actuel (orange= partiellement oui - vert= oui - rouge = non):

Commentaires du parti Plan B joints au questionnaire:


Bonjour, 

En pièce jointe je vous prie de trouver le questionnaire partiellement rempli.

Il aurait été plus facile d'aller dans votre sens mais nous voulons une politique ancrée dans l'honnêteté.

C'est pourquoi nous avons répondu uniquement aux questions en lien avec notre programme.

Nous avons aussi rédigé un texte qui accompagne nos réponses.

Encore merci de nous avoir donné la possibilité de nous exprimer sur les sujets que vous abordez.

Ci dessous notre texte : 

Nous tenons à apporter de la nuance dans nos réponses et expliquer pourquoi même si nous pourrions être d’accord sur certains points nous n’y avons pas répondu.


Tout d’abord, Plan B à inscrit dans son programme la volonté de mettre en place un moratoire sur Good Move alors que les autres partis étaient soit pour ou contre.


Un moratoire signifie un moment de pause et surtout une occasion de calmer les tensions entre les différents usagers de la route.


Nous voulons retravailler un plan régional de mobilité qui tient compte des réalités de Bruxelles et ne favorise pas un type de mobilité. Ce plan serait validé par section via consultation populaire et intégrerait complètement la politique de stationnement sur l’ensemble du territoire régional.


Ensuite, nous avons aussi inscrit dans notre programme la nécessité de revoir Good Living mais aussi de mettre en place un moratoire sur la certification PEB. Ces deux éléments sont de nature apporter d'avantage problèmes dans notre région.


Aussi, dans un souci de rigueur et dans un contexte de faillite, notre programme propose de réduire/contrôler voire supprimer les subsides des asbl pour éviter le clientélisme politique.


C’est pourquoi pour les trois points concernant ces sujets nous avons répondu oui même si la formulation est selon nous orientée.


Concernant les LEZ, dans notre dynamique d'alléger les charges des entreprises nous serions plutôt favorable à une pause de la réglementation pour certains secteurs d’activités.


Et finalement, pour le dernier point, OUI nous voulons reprendre en main l’aménagement du territoire et la mobilité de la région bruxelloise !

Pour Plan B,

Quentin Parete 


Commentaires du PTB joints au questionnaire:


Bonjour,


Nous n'avons pas répondu à 3 questions dont la formulation est ambigüe,

ou si la réponse nécessitait un commentaire nuancé. Nous tenons

également à expliquer la raison pour laquelle nous avons répondu NON à 2

questions.


Vous nous permettrez de le faire ci-dessous:


1) Réaménagement Boulevard Lambermont: Nous estimons que le projet

comporte des mesures nécessaires, mais que d'autres sont effectivement

problématiques

2) Réouverture en double sens du bois de La Cambre: votre question ne

précise pas si votre demande de réouverture concerne également les

week-end et périodes de vacances. Dans ce dernier cas, nous n'y sommes

pas favorables

3) Nous sommes favorables au contrôle du bon usage des subsides aux

ASBL, mais nous ne souhaitons pas limiter les aides aux ASBL qui

veulent/peuvent contribuer à améliorer toutes les formes de mobilité.

4) Le PTB s'oppose aux politiques de mobilité punitives du gouvernement

bruxellois ( nous avons voté contre les hausses de tarifs de

stationnement, dénonçons la pompe à fric et les scan cars de

parking.brussels, ou le projet de taxe kilométrique qui va frapper les

citoyens qui n'ont pas d'autres alternatives que leur voiture, sans

compter les atteintes à la vie privée avec les caméras ANPR de

smartmove. ) Nous souhaitons une politique de mobilité incitative, avec

la gratuité des transports en commun et des extensions du réseau de

transport public vers les quartiers, non ou pas assez desservis

aujourd'hui. La formulation de la question ( "solutions innovantes" et

"sans faire exploser les budgets" sont contradictoires avec un

renforcement des transports publics, indispensable pour offrir des

alternatives de mobilité crédibles à la voiture.

5) Nous tenons à expliquer pourquoi nous avons répondu NON à la question

relative aux amendes: Le PTB est bien entendu favorable à une meilleure

formation des jeunes et une meilleure signalisation. Mais les fonds

récoltés via le stationnement et les amendes ne suffiront pas pour

améliorer un réseau routier tellement dégradé. Et si les communes et les

régions ne comptent que sur ce financement, les tarifs de stationnement

et le nombre d'amendes vont forcément encore exploser. C'est au niveau

d'une plus grande justice fiscale dans notre pays ( taxer les grandes

fortunes, multinationales et grands actionnaires ) que nous pourrons

dégager suffisamment de moyens pour entretenir le réseau routier comme

il se doit. Au lieu d'en faire porter tout le poids sur les travailleurs.


Oliver Rittweger de Moor

Attaché parlementaire du groupe PTB-PVDA au Parlement bruxellois

587 vues1 commentaire

Posts similaires

Voir tout

1 Yorum


Je salue le travail considérable effectué par votre association.

Néanmoins ,si j'ai bien compris,cette consultation n'évoque pas le système des coalitions.

Quelles que soient les bonnes résolutions de certains partis ,une nécessaire coalition avec les verts/Groen implique de leur laisser toute latitude pour appliquer leurs diktats.

Le passé nous a appris que le petit parti sollicité pour "faire majorité" pose ses conditions qui sont généralement servilement accordées par le solliciteur.

C'est bien un dévoiement de la démocratie auquel nous assisterons ,comme d'habitude.

Beğen
bottom of page