top of page

Mauto Défense soutient le comité "Non au Plan Good Move" à Anderlecht.


Ce jeudi 16 septembre, après avoir déposé une pétition de plus de 6.000 signatures à chacun des groupes politiques, le comité "Non au Plan Good Move" de Curreghem à Anderlecht a introduit une interpellation citoyenne, pour réclamer un moratoire immédiat sur le plan Good Move (le mal nommé) qui a été mis en place dans leur quartier. Une délégation de "Mauto Défense" était présente.


La mobilité y a été modifiée de manière tellement folle, qu'il est devenu impossible de circuler! Sens interdits à la pelle et blocs de bétons en pagaille pourrissent désormais la vie des habitants.


Et tout cela a été réalisé sans AUCUNE concertation préalable sérieuse.


Les contestataires s'en sont pris à l'échevine Groen (encore!) Madame Suzanne Muller Hubsch, qui ne réside à Anderlecht que depuis 2018. Ils l'accusent principalement d'une méconnaissance de la sociologie locale, et surtout de ne pas accepter la discussion. Car l'échevine, plutôt que de reconnaître le désastre causé par ces nouvelles mesures, accepte du bout des lèvres de considérer que les blocs en bétons ne sont pas très esthétiques, mais qu'ils seront progressivement remplacés par des bacs à fleurs!



Le collectif lui demande alors si elle va continuer à se moquer d'eux, car là n'est pas le problème. Madame Muller se met alors à répéter inlassablement que le dispositif est un test et est donc temporaire!

On connaît les "tests temporaires" de nos élus, qui ont vite fait de les transformer en mesures définitives... L'exemple des pistes cyclables dites "Covid" en sont un exemple frappant.


Les élus MR et PTB (opposition) déposent deux motions réclamant alors un moratoire immédiat sur Good Move. Le Bourgmestre Cumps (PS), introduit subrepticement un amendement de dernière minute, sur lequel il demande un vote nominatif du Conseil.


L'ancien Bourgmestre, Monsieur Van Goitsenhove (MR) s'élève avec force contre cette pirouette politicienne du mayeur, qui, visiblement, ne souhaite pas mettre sa majorité en danger en désavouant son échevine de la mobilité!


C'est ce que l'on peut nommer un "déni de démocratie".


Il déclare alors qu'il léve la séance.


Courage, fuyons! Lamentable attitude d'un bourgmestre qui se doit d'être d'abord à l'écoute et au service de la population qui l'a élu.


Tout ceci montre à suffisance qu'il faut continuer à se battre contre ce plan de mobilité complètement "hors-sol", mis en place par des élus qui se préoccupent du bien-être des citoyens, comme un poisson d'une pomme...


Mauto Défense ne lachera rien, et soutiendra toutes les initiatives citoyennes qui vont dans son sens!


175 vues0 commentaire

Comments


bottom of page